Marseille a toujours été un « carrefour du monde ».
À la fin du XVIIIe siècle, la moitié de la population n’était pas d’origine marseillaise : parmi les principaux groupes d’étrangers se trouvaient les Italiens (Génois ou Piémontais) ainsi que des Grecs, Espagnols, ou Levantins.

La cité phocéenne de Marseille a accueilli plusieurs groupes nationaux durant le seul XXe siècle : Italiens pauvres et Grecs à partir de la fin du XIXe siècle, Russes émigrés en 1917, Arméniens en 1915 et 1923, Espagnols après 1936, Maghrébins depuis l’entre-deux-guerres, Africains après 1945, Pieds-Noirs après 1962.

Marseille est la première ville corse de France, la seconde ville arménienne et compte environ 200 000 musulmans (25% de la population), 80 000 israélites, 50 000 protestants et plus de 10 000 bouddhistes.

Pour commémorer les 2600 ans de la ville. Toutes les composantes du cosmopolitisme local étaient réunies : 6.000 artistes de toutes les origines, affirmant leur fierté d’être Marseillais, proposèrent des spectacles aussi divers que des danses orientales, hip-hop, rap, chants provençaux, techno, percussions africaines, polyphonies corses ou variété française.

Son succès fut rendu possible grâce à une forte mobilisation d’artistes, instituteurs, employés de mairie, tous bénévoles.

Les jeunes dans les quartiers, se rencontrent, vivent et agissent ensemble se retrouvent une fois l'an à la Fiesta des suds (4 concerts par soir, 25 000 m² de musique, de fête, 2 salles de concerts) ils sont « fiers d'être marseillais » et d'aimer l'OM malgré ses vicissitudes.

De nombreuses fêtes de quartiers ont lieu durant l'été et permettent à tous de ce rencontrer : Fête du Panier, de La Plaine, de la Belle de Mai…

Copyright 2007 Alliance-Habitat